Quitter son travail : comment rebondir aussitôt ? Les conseils d'ABACUS.

Quitter son emploi : conseils pour retrouver une activité professionnelle rapidement

Sommaire de l'article

Quitter son travail du jour au lendemain peut vous tenter. Cependant, cette idée est plutôt à bannir, car un départ se prépare si vous souhaitez rebondir rapidement et sereinement. Avant d’évoquer les différentes pistes, regardons d’abord en quoi la préparation est utile. Parmi les solutions envisageables, examinons successivement le départ provisoire de l’entreprise et les cas de ruptures de contrat indemnisées par Pôle emploi.

Se préparer à quitter un CDI : étape essentielle pour la vie du lendemain

Vous avez probablement de multiples raisons de vouloir quitter votre travail. Vous vous demandez comment changer d’entreprise ou comment vous lancer dans un projet de reconversion ? C’est le début de la réflexion et elle doit se poursuivre plutôt que de démissionner sur un coup de tête. Délaisser brutalement son poste risque de compromettre votre avenir.

Démission ou abandon du poste de travail : les risques d’un tel choix

L’abandon de poste s’avère périlleux. Même s’il permet de quitter son job dans l’instant et de pousser l’employeur à lancer votre licenciement, le processus n’est pas garanti. Vous pouvez rester des mois sans ressources. Quant à la démission sèche, toujours possible pour un CDI, elle vous libère du travail, mais ne vous procure aucune indemnité chômage dans la majorité des cas.

Comprendre la législation du travail et le droit aux indemnités chômage

Attardez-vous un peu avant de quitter votre poste de travail. Imprégnez-vous de la réglementation sociale pour connaître vos droits. Si vous envisagez une création d’entreprise, analysez aussi les aides auxquelles vous avez accès et les conditions de maintien de l’ARE le cas échéant.

Évaluer ses ressources et ses compétences avant de quitter son travail

Prenez soin de faire un bilan de compétences avant de quitter votre job. C’est l’opportunité de réaliser un point d’étape sur vos aptitudes, vos expériences, votre carrière et vos affinités. Vous y découvrirez peut-être des talents enfouis ou cachés qui ne demandent qu’à s’exprimer dans un projet neuf. Établissez l’état des lieux de vos ressources financières. De quelle épargne disponible disposez-vous pour faire la jonction avec votre nouvelle vie professionnelle ?

Solutions pour quitter son travail sans rupture de contrat

Parfois, les motivations pour quitter son emploi sont temporaires. Vous ressentez le besoin de faire un break et de réfléchir à une reconversion professionnelle ? Voici divers dispositifs de congés qui permettent de lâcher son emploi et rebondir aussitôt sans mettre en péril votre contrat de travail sur la durée.

Quitter temporairement son travail : le congé sans solde

Abandonner son travail par un congé sans solde exige d’avoir mis de l’argent de côté pour compenser la perte de salaire momentanée. Ce type d’absence impose l’accord de l’entreprise. Ce congé se prépare afin de mettre le maximum de chances de votre côté. Votre employeur sera plus enclin à dire oui s’il existe une solution pour vous remplacer.

Le congé sabbatique : une solution pour quitter provisoirement son emploi

Ce type de congé pour convenance personnelle entraîne la suspension du contrat de travail. Délimité par la loi, il exige d’obtenir l’accord de l’entreprise. Vous devez présenter un certain niveau d’ancienneté dans le poste et aussi de six années d’activité professionnelle. Votre salaire n’est plus versé pendant la durée du congé sabbatique.

Le projet de transition professionnelle, ancien congé individuel de formation (CIF)

Cette suspension du contrat permet au salarié de quitter son travail afin de suivre une formation pendant une durée maximale d’un an, pour se reconvertir, évoluer ou se qualifier. Là aussi, les textes de loi exigent des conditions d’ancienneté dans l’entreprise. Cette formule présente deux avantages. L’employeur peut différer le congé, mais ne peut pas le refuser et le salarié perçoit sa rémunération pendant son absence.

Congé pour création ou reprise d’entreprise

Dans le cas d’un projet de reconversion, vous pouvez être tenté de quitter votre job pour vous mettre à votre compte. En optant pour le congé pour création d’entreprise, à temps plein ou partiel, vous ne percevez pas de rémunération de votre employeur, sauf disposition conventionnelle ou contractuelle. Vous devez présenter deux ans d’ancienneté et l’entreprise peut accepter, reporter ou refuser.

Les ruptures du contrat de travail avec allocations-chômage

Si vous souhaitez vraiment rompre définitivement le contrat qui vous lie à votre employeur, et pas seulement le suspendre, voici des pistes qui ont l’avantage de vous procurer une indemnisation chômage après la rupture.

La rupture conventionnelle, une solution pour quitter son emploi et rebondir

Par définition, la rupture conventionnelle exige l’accord des deux parties, le salarié et l’employeur. Tentez de la négocier. Si vous avez peu d’ancienneté, le coût financier de la rupture est limité pour l’employeur. Ce mode de démission déguisée vous ouvre l’accès aux allocations chômage. Elle vous permet de rebondir sereinement vers un nouvel emploi ou vers un projet de freelancing en micro-entreprise par exemple.

Démission pour projet de reconversion professionnelle : une décision réfléchie

C’est une possibilité de quitter son travail depuis novembre 2019 en percevant les indemnités chômage. C’est la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel qui permet désormais au salarié de rompre son contrat de travail et d’envoyer sa lettre de démission. Il doit respecter diverses conditions, dont au moins cinq ans d’activité salariée continue. Le projet professionnel doit être sérieux et réel et comporter soit une création, une reprise d’entreprise ou une formation.

Démission légitime avec indemnisation chômage : une solution légale

La réglementation comporte plusieurs cas de démissions d’un salarié considérées comme légitimes. Entrent notamment dans cette longue liste de démissions indemnisées par Pôle emploi :

  • les démissions pour rapprochement de conjoint ;
  • la rupture par l’employeur de la période d’essai, dans les 65 jours de la prise de poste, suite à une démission d’un CDI après 3 ans d’affiliation non-stop.

Quitter son travail et rebondir aussitôt s’envisage surtout si vous continuez à percevoir un revenu. Prenez le temps de vous interroger sur la manière de rompre votre contrat avec votre employeur. Réfléchissez aussi à la suite de votre vie professionnelle et envisagez de faire un bilan de compétences pour trouver un nouveau travail. Chez Abacus, nous vous accompagnons dans cette réflexion.

ABACUS, votre cabinet d'information sur la formation et les ressources humaines
ECRIT PAR
ABACUS
Expert ABACUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager la publication

Thématiques associées
A découvrir également
Se préparer au monde professionnel de demain avec le bilan de compétences

Se préparer à demain : quel changement de perspective ?

Le bilan de compétences donne les moyens et l’occasion d’effectuer un inventaire de ce à quoi le salarié tient et de ce qu’il veut, au contraire, arrêter, afin de se réinventer…. Découvrez comment il peut vous aider à préparer le monde de demain !

LIRE
Notre réseau
ABACUS recrute !
Vous recherchez un dispositif de formation ou de financement

Les guides conseils ABACUS pour réussir votre reconversion ou évolution professionnelle

Un bilan de compétences en ligne et en 2 mois pour construire votre projet de reconversion professionnelle ?

//A la Une du blog

Quelle formation courte choisir pour sa reconversion ?
Pour toutes questions
ou demandes
de renseignement