Mobilité professionnelle : le guide pour réussir votre transition professionnelle

Réussissez votre transition professionnelle pour sécuriser votre parcours professionnel

Sommaire de l'article

Comme 22 % de salariés français, vous souhaitez changer de vie professionnelle (Source : DARES, 2018) ? La réussite de votre projet de transition professionnelle repose sur une bonne organisation. Un bilan de votre carrière reste indispensable qu’il s’agisse d’un changement de poste, d’entreprise ou de métier. Qu’est-ce que la mobilité professionnelle ? Quelles sont les démarches à accomplir auprès de votre employeur ? Suivez notre guide d’accompagnement pour réussir votre période de mobilité du travail.

Qu’est-ce que la mobilité professionnelle ?

Vous aspirez à une meilleure qualité de vie au travail ? Vous visez un nouveau poste ou souhaitez quitter votre emploi pour une nouvelle activité ? Votre emploi est amené à disparaître ? En France, tout salarié a la liberté de choisir son avenir professionnel. La mobilité interne ou externe à votre entreprise peut engendrer une période transitoire de formation. Notamment s’il s’agit d’un changement de service, de poste ou de métier. Votre nouvelle activité peut aussi s’accompagner d’un déménagement. Qu’est-ce que la mobilité du travail ? Quels sont les différents types de mobilités professionnelles ?

Définition de la mobilité professionnelle

La mobilité professionnelle implique un changement de poste, de grade, de lieu d’exercice ou de profession. Cette mobilité du travail est à l’initiative soit du salarié, soit de l’entreprise. Les raisons du changement pour les salariés sont liées à l’envie d’évoluer ou d’embrasser une nouvelle carrière. Pour les entreprises, la mise en mobilité des collaborateurs est d’ordre structurel, économique ou stratégique.

Qu’est-ce que la mobilité interne ?

La mobilité interne a lieu au sein de l’entreprise. On distingue trois types de mobilité interne : fonctionnelle, verticale et horizontale. La mobilité fonctionnelle concerne un changement de poste, de service, voire de profession. La mobilité verticale est la promotion hiérarchique. Enfin, la mobilité horizontale est l’exercice d’une même fonction mais dans un autre établissement de l’entreprise.

Ces différentes mobilités professionnelles peuvent s’accompagner d’une mobilité géographique. Cette mutation nécessite souvent un déménagement dans une autre région de France. La recherche d’un nouveau logement est indispensable. S’il s’agit d’une mutation à l’international, on parle alors de mobilité internationale. Le collaborateur peut bénéficier des services d’une entreprise de relocalisation pour son déménagement. Ce professionnel de la mobilité géographique organise toutes les démarches liées au déplacement. Ses services vont de la recherche de logement à la scolarisation des enfants.

Qu’est-ce que la mobilité externe ?

La mobilité externe implique de changer d’entreprise, à savoir quitter son emploi. Les salariés français envisagent de plus en plus d’exercer plus d’un emploi dans leur carrière. 64 % des Français souhaitent même changer de métier (Source : ministère du Travail, 2018). Les salariés peuvent bénéficier d’un congé de mobilité pour acquérir les compétences nécessaires à leur reconversion. La demande s’effectue auprès du service des ressources humaines de l’entreprise. Lorsque les mobilités externes sont à l’initiative des entreprises, les collaborateurs sont accompagnés dans leur transition. Chaque collaborateur bénéficie d’actions de formation ou de services d’outplacement.

Le bilan de compétences : dénicheur de talents pour une transition réussie

Tout changement volontaire ou subi dans votre parcours professionnel est source de remise en question. Effectuer un bilan de compétences vous permet de consolider votre projet professionnel. Cet état des lieux de vos talents vous donne confiance en votre avenir professionnel. Ce bilan vous fournit les outils nécessaires à votre épanouissement professionnel. Éligible au CPF, vous n’avez pas besoin de l’accord de votre entreprise pour le financer.

Pourquoi effectuer un bilan de compétences ?

Le bilan de compétences s’adresse à tous les actifs en fonction ou en recherche de poste. Votre parcours professionnel, vos aptitudes, motivations et aspirations professionnelles sont analysées. À l’issue de la démarche, vous pouvez entreprendre les actions nécessaires à votre développement.
Dans le cadre de votre mobilité volontaire ou subie, il peut s’agir :

  • d’élaborer un projet de reconversion vers un autre métier ;
  • de préparer un entretien d’embauche si vous changez de travail ;
  • d’entreprendre une formation dans le but d’une évolution de carrière ;
  • de faire valoir vos acquis par l’expérience par une démarche VAE ;
  • de créer ou reprendre une entreprise.

Les 3 phases du bilan de compétences

Le bilan de vos qualifications s’organise en trois phases : l’accueil, l’investigation et la conclusion. Vous rencontrez le consultant en développement professionnel qui va vous accompagner pendant toute la démarche. Vous recensez ensemble toutes vos expériences dans le but d’éclaircir votre projet. S’ensuit la phase d’investigation permettant d’élaborer une stratégie pour atteindre vos objectifs. Lors de la phase de conclusion, vous obtenez une synthèse de vos engagements et actions à entreprendre. Vous avez tous les outils en main pour réussir votre transition.

Le projet de transition professionnelle (PTP) : osez changer de vie maintenant

Osez changer de vie en changeant de métier car c’est le bon moment ! Le monde du travail est en pleine mutation. 50% des métiers actuels vont disparaître sous 10 ans (Source : ministère du Travail, 2018). Dans le cadre du Plan de relance d’activité 2021, la France renforce sa politique de mobilité. Les projets de transition professionnelle bénéficient d’un budget revalorisé de 100 millions d’euros. Quelles conditions dois-je remplir et quelles démarches accomplir pour en bénéficier ?

Qu’est-ce que le projet de transition professionnelle ?

Les projets de transition professionnelle remplacent les congés individuels de formation (CIF) depuis 2019. Le salarié mobilise son compte personnel de formation (CPF) pour financer sa formation certifiante. L’entreprise maintient le salaire du collaborateur exerçant son droit au congé de transition professionnelle (CTP). Les commissions paritaires interprofessionnelles (CPIR) remplacent les Fongecif depuis 2020. Ces associations Transitions pro (ATpro) régionales financent les PTP. Leurs conseillers d’administration sont des représentants d’organisations syndicales de salariés et d’organisations professionnelles d’employeurs.

Quelles formations financer avec votre PTP ?

Les PTP financent les formations certifiantes éligibles au CPF. Ces formations doivent permettre au salarié de changer de métier. Le manque de profils qualifiés freine le développement des entreprises françaises. Des crédits complémentaires sont octroyés pour financer les reconversions vers des métiers à forte perspective d’emploi. Vous pouvez en retrouver la liste auprès de votre ATpro régionale.

Comment bénéficier du projet de transition professionnelle ?

Vous êtes prêt à mettre en œuvre votre plan d’action de mobilité. Le CTP est un dispositif d’accompagnement présentant de nombreux avantages. Vous conservez notamment une rémunération pendant votre apprentissage. Comment faire pour bénéficier du PTP ? Quelles sont les conditions requises ? Quelles démarches accomplir auprès de votre entreprise ? Les entreprises peuvent-elles refuser le CTP à leurs collaborateurs ?

Quelles sont les conditions requises pour bénéficier du PTP ?

La référence temporelle des conditions d’application requise est la date de départ en apprentissage. Le bénéficiaire du PTP doit, à ce moment-là, être salarié depuis au moins 24 mois. Ces deux années peuvent être successives ou non. Il faut également justifier de 12 mois d’ancienneté au sein de l’entreprise. Cette condition concerne l’ensemble des contrats de travail, quelle que soit leur nature.

Cas particuliers bénéficiant d’un assouplissement ou d’une annulation des conditions d’ancienneté

Les conditions d’ancienneté sont assouplies ou non exigibles dans certains cas. Des dérogations s’appliquent aux candidats salariés à la transition titulaires de contrats de travail précaires. Sont concernés les salariés après la fin de leur CDD, les intérimaires et intermittents du spectacle. Les conditions d’ancienneté ne s’appliquent pas aux bénéficiaires de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH). Les licenciés pour raisons économiques et inaptitude au travail en sont également exemptés. Ils ne doivent pas avoir bénéficié d’une formation entre leur licenciement et leur nouveau travail.

Quelles démarches accomplir auprès de votre entreprise ?

Si vous remplissez les conditions requises, vous pouvez demander votre CTP à votre entreprise. Votre congé implique une interruption de travail supérieure à 6 mois ? Adressez votre demande à vos responsables, au plus tard, 120 jours avant le début de l’apprentissage. L’interruption de travail est inférieure à 6 mois ou à temps partiel ? Adressez votre demande, au plus tard, 60 jours avant le début de l’apprentissage. L’autorisation du congé est acquise de plein droit sans réponse de l’entreprise dans ces délais légaux.

L’employeur peut-il refuser votre demande de CTP ?

Les entreprises peuvent refuser les demandes de CTP si les conditions ne sont pas remplies. À savoir, l’ancienneté et le délai de demande de congé. L’entreprise peut demander au collaborateur le report du congé jusqu’à 9 mois dans deux cas. Soit parce que son absence est préjudiciable à la bonne gestion de l’entreprise ; dans ce cas, l’aval du Comité social et économique est impératif. Soit parce que plusieurs salariés sont absents au même moment.

Les conditions de rémunération du congé de transition professionnelle

3 conditions s’appliquent pour bénéficier de la prise en charge du financement de votre CTP :

  • vous devez obtenir l’accord de votre CPIR ;
  • l’apprentissage doit se dérouler sur le temps de travail ;
  • vous devez être assidu aux cours ou au stage.

Le montant de la rémunération dépend de la durée de la formation et du salaire de référence.

Vous l’avez compris, la mobilité ne s’improvise pas. Dans le cadre d’une transition, vous avez besoin de conseils et de soutien. Bénéficiez des services d’accompagnement d’ABACUS pour réussir votre mobilité professionnelle. De nombreux salariés en reconversion professionnelle font confiance à notre expertise en gestion des ressources humaines. Contactez-nous, dès maintenant, pour l’organisation de votre coaching en mobilité professionnelle.

ABACUS, votre cabinet d'information sur la formation et les ressources humaines
ECRIT PAR
ABACUS
Expert ABACUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager la publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Thématiques associées
A découvrir également
Notre réseau
ABACUS recrute !
Vous recherchez un dispositif de formation ou de financement

Les guides conseils ABACUS pour réussir votre reconversion ou évolution professionnelle

Un bilan de compétences en ligne et en 2 mois pour construire votre projet de reconversion professionnelle ?

//A la Une du blog

Comment faire une reconversion à 40 ans ?
Pour toutes questions
ou demandes
de renseignement