Vous ressentez un mal-être au travail ? Voici 4 conseils ABACUS pour rebondir !

Mal-être au travail, quels sont les conseils pour rebondir ?

Sommaire de l'article

Depuis un certain temps, votre moral est au plus bas ? Vous manquez d’énergie ? Vous vous dites que vous êtes peut-être concerné par une souffrance liée à votre travail. Toutefois, comment en être sûr ? À quoi correspond le mal-être au travail ? Comment en identifie-t-on les causes et les signes ? Quelles sont les possibilités pour remédier à cette souffrance ?
Il est certain que vous ne devez pas rester dans le déni. Les impacts sur votre vie professionnelle et privée pourraient être néfastes ainsi que sur votre santé. Soyez réactif !
Dans cet article, nous vous expliquons comment diagnostiquer la souffrance au travail et quels sont les moyens alternatifs pour retrouver votre bien-être.

Comment définir la souffrance liée au travail ?

La souffrance au travail fait référence à la souffrance mentale. Cette dernière est considérée comme un mal-être ou une détresse psychologique. La détérioration de la santé mentale des salariés est souvent liée aux nouvelles formes d’organisation du travail au sein des entreprises. La souffrance au travail n’est pas considérée comme une maladie. Seules, certaines conséquences comme la dépression le sont. Depuis quelques années, 3 types de souffrance au travail sont mis en avant.

  • Le burn-out : Il s’agit d’un syndrome d’épuisement professionnel. C’est un état qui s’installe progressivement et qui est lié à un stress chronique dû à une charge de travail très importante.
  • Le bore-out : Il s’agit d’un état d’épuisement lié à l’ennui.
  • Le brown-out : Il s’agit d’un syndrome lié à la perte de sens au travail. Le travail s’avère dans ce cas en opposition avec les valeurs du salarié.

Comment remédier à la souffrance au travail ?

Pour remédier à votre souffrance au travail, la mise en place d’un plan d’action en 4 étapes est requise.

  1. Identifier les causes de votre mal-être.
  2. Observer les signes physiques et psychologiques de cette souffrance.
  3. Vous faire aider par vos proches et un médecin.
  4. Lister les solutions possibles et choisir celle qui vous convient.

Ce processus peut s’avérer complexe. Soyez toujours bienveillant avec vous ! Sachez que la souffrance au travail concerne la plupart du temps des personnes très impliquées.
Pendant la durée de cette démarche, si vous en ressentez le besoin, vous pouvez prendre un peu de distance avec votre environnement professionnel et plus précisément, vos collègues.

Conseil n° 1 : Identifiez les causes de votre mal-être au travail

Pour être sûr que la souffrance que vous ressentez est liée à votre travail, il est nécessaire que vous preniez le temps d’en identifier les causes. Pour cette étape, vous devez être attentif à vos émotions et à votre corps. Posez-vous les bonnes questions. Dressez également une liste de chaque situation que vous vivez au quotidien qui peut être la cause de votre mal-être au travail.
Les causes d’une souffrance au travail sont multiples et différentes selon les salariés.

  • Vous manquez de reconnaissance de la part de votre employeur ?
  • Votre charge de travail est trop importante en intensité et en temps ?
  • Votre travail manque de sens ?
  • Vous êtes victime de harcèlement par votre employeur ou vos collègues ?
  • Vos objectifs sont inatteignables ?
  • Vous ne partagez plus les valeurs de votre entreprise ?
  • Le mode de management de votre entreprise génère du stress ?

La cause de votre mal-être peut être liée à votre métier en lui-même. En effet, certaines activités requièrent un contact avec un public difficile, ce qui peut provoquer un stress important. En fonction de la cause, la solution sera différente.

Conseil n° 2 : Observez les signes physiques et psychologiques liés à votre souffrance au travail

Les conséquences de votre mal-être s’expriment à travers votre corps et votre psychique. Ils vous lancent des alertes. Si vous ne faites pas attention à ces symptômes et que vous vous maintenez dans une position de déni, les risques pour votre santé sont nombreux. Pour prendre conscience de ces signes, passez au scanner votre corps et votre tête !
Pour que cette analyse soit objective, vous pouvez vous munir d’un carnet et y mentionner tous les effets que votre travail provoque sur vous et vos relations. Il vous sera possible de déterminer, avec plus ou moins de précision, à quel moment cette situation a débuté. Pour aller jusqu’au bout de la démarche, vous avez la possibilité d’interroger votre entourage.

Baisse de la motivation, de l’implication et de l’engagement au travail

Pour que vous soyez épanoui dans votre travail, 3 éléments sont indispensables.

  • La motivation : elle peut se définir par l’envie de faire des efforts et de persévérer pour atteindre les objectifs que votre employeur vous a donnés.
  • L’implication : elle est liée à votre attachement ou à votre identification à votre entreprise.
  • L’engagement : il concerne votre quête de sens au travail.

Si pour une cause quelconque, votre implication, votre engagement et votre motivation sont au plus bas, soyez vigilant ! Cela fait partie des symptômes d’un mal-être au travail qui s’installe.

Addiction au travail

Vous vous trouvez peut-être dans une situation d’addiction au travail nommée workaholisme. Pour en avoir la certitude, répondez à quelques questions.
Passez-vous beaucoup de temps au travail à cause de la pression qui règne au sein de votre entreprise ? Utilisez-vous de manière excessive vos outils numériques ? Délaissez-vous votre famille et vos proches ?
Pour autant, cette implication excessive au travail n’est pas synonyme d’efficacité et de productivité. Malgré tout, plusieurs risques pour votre santé existent.

  • Douleurs musculaires ;
  • Troubles intestinaux ;
  • Consommation de produits nocifs ;
  • Burn-out.

Stress intense et conséquences sur votre santé

Le stress intense est considéré comme un mauvais stress, car il devient souvent chronique. Il s’explique par un fort déséquilibre entre votre charge de travail et vos ressources pour y répondre. Les conséquences sur votre santé peuvent être très graves :

  • tristesse ;
  • anxiété ;
  • troubles du sommeil ;
  • troubles de l’alimentation ;
  • irritabilité ;
  • douleurs musculaires et intestinales ;
  • difficultés à prendre du recul ;
  • idées noires.

Cette liste n’est pas exhaustive. Si vous ressentez certains de ces symptômes, si vous avez la boule au ventre à l’idée d’aller au travail, agissez au plus vite ! Dans le cas contraire, votre vie personnelle pourrait en pâtir.

Conseil n° 3 : Faites-vous aider

Vous pouvez commencer par en parler avec un proche, un ami ou un collègue de confiance afin d’avoir une vision objective. Toutefois, si vous vous sentez fragile, il est plus prudent de consulter votre médecin traitant. Vous avez, également, le droit de solliciter le médecin du travail. Un thérapeute peut être une aide précieuse pour prendre du recul. Rencontrer ces professionnels présente un réel bénéfice. Vous pouvez prendre conscience de votre mal-être au travail.
C’est l’opportunité de réfléchir aux moyens à mettre en place pour remédier à cette souffrance. Vous devez percevoir cette action comme positive. En effet, cela renvoie l’image d’une personne qui sait exprimer ses limites et qui prend soin de son corps.

Conseil n° 4 : Trouvez la solution adéquate pour remédier à votre souffrance au travail

Pour remédier à votre souffrance au travail, il existe diverses solutions. À vous de déterminer celle qui est nécessaire pour que vous puissiez retrouver votre sérénité.

Changer de poste de travail

Dans le cadre de la prévention contre les risques psychosociaux, votre employeur doit être à votre écoute. Sollicitez-le pour trouver une solution ensemble. Votre mal-être au travail est peut-être dû à l’ennui, à un manque de challenge. Vous avez fait le tour de votre emploi et vous avez besoin de nouveauté.
Pour remédier à cette souffrance, votre employeur peut vous proposer un aménagement de poste ou un changement de poste. Les propositions peuvent être diverses comme devenir le mentor des nouveaux arrivants, intervenir sur des projets transversaux ou accroître vos responsabilités.

Envisager une reconversion professionnelle

Il est possible que votre mal-être au travail provienne de votre métier qui ne vous convient plus. Dans ce cas, la reconversion professionnelle semble être la solution la plus pertinente. Vous pouvez commencer par effectuer un bilan de compétences afin de mieux vous connaître et de déterminer vos objectifs futurs. Il faut que vous gardiez en tête que le but de cette reconversion, à savoir trouver un métier en accord avec vos valeurs.
Une fois le nouveau métier identifié, vous devrez mettre en place un plan de formation pour acquérir les compétences nécessaires. Nous vous conseillons de vous faire accompagner par un organisme professionnel pour la mise en place de cette reconversion.

Quitter votre travail pour retrouver une situation plus saine

Si les solutions proposées ne vous permettent pas de retrouver votre bien-être, il est préférable d’envisager un changement d’entreprise. Pour cela, vous avez plusieurs possibilités.

  • La démission : vous pouvez tenter de négocier le préavis avec votre employeur afin de partir au plus tôt.
  • La rupture conventionnelle de contrat : elle est envisageable si malgré tout, vous avez un bon contact avec votre entreprise.
  • Le licenciement pour inaptitude au travail : la souffrance est telle que vous ne pouvez pas reprendre un poste de travail.

Si votre mal-être est dû à un harcèlement, demandez des conseils à un avocat. Les représentants du personnel peuvent, également, vous apporter leur aide.
Avant de prendre votre décision définitive, prenez le temps de déterminer vos valeurs et vos attentes par rapport à votre futur emploi. Dans le cas contraire, vous prenez le risque de vous retrouver dans une situation similaire. Pour remédier totalement à votre souffrance, vous devez être aligné sur vos valeurs.

Vous avez envie d’étudier la possibilité d’une reconversion professionnelle pour lutter contre votre mal-être au travail ? Contactez-nous. Notre cabinet ABACUS est le partenaire idéal pour vous accompagner.

Article de Kévin Maudet
ECRIT PAR
ABACUS
Expert ABACUS

4 réponses

  1. Bonjour,tout ce que je viens de lire est véridique ,je suis dans cette situation depuis plus d un an .Je suis suivie par un Psycologue et je suis en mis temps médical

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire ! Nous sommes de tout coeur avec vous pour que vous retrouviez du sens et de la confiance en vous et en votre activité.
      Bien à vous,
      Kévin

  2. Bonjour,
    Votre article est très intéressant mais comment amener ds une lettre de motivation qu’on souhaite changer de poste alors que cela fait à peine qqs mois qu’on est ds le service ? Personne n est dupe ds ce cas tout le monde va comprendre que ça ne va pas

    1. Bonjour Vanessa,
      Merci pour le compliment !
      Le fait de vouloir changer de poste n’est pas une faute. Au contraire, le fait de la manifester dans les règles à travers une lettre de motivation peut plaider en votre faveur. Selon la façon avec laquelle vous amenez votre propos, votre employeur actuel sera certainement conciliant et pourra même vous aider dans votre projet. Bien sûr, il est possible que cela ne soit pas le cas. Auquel cas, il faudra veiller à être bien entourée et à connaître vos droits. N’hésitez pas à revenir vers nous quand vous aurez avancé dans vos démarches.
      Bien à vous,
      Kévin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager la publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Thématiques associées
A découvrir également
Transitions pro (ex Fongecif) et reconversion : comment ça marche en 2021 ? Le guide ABACUS

FONGECIF et reconversion : comment ça marche en 2021 ?

Vous souhaitez « faire un Fongecif » ou « faire appel au Fongecif » pour votre reconversion professionnelle ? En 2021, on ne parle plus de Fongecif mais de Transitions Pro, ni de CIF mais de CPF de transition. Découvrez notre guide pour tout comprendre !

LIRE
Notre réseau
ABACUS recrute !
Vous recherchez un dispositif de formation ou de financement

Les guides conseils ABACUS pour réussir votre reconversion ou évolution professionnelle

Un bilan de compétences en ligne et en 2 mois pour construire votre projet de reconversion professionnelle ?

//A la Une du blog

Changer de vie professionnelle avec ABACUS
Quels tests pour une reconversion professionnelle ?
Pour toutes questions
ou demandes
de renseignement