Je ne veux plus retourner au travail, que faire ? Retrouvez le guide ABACUS pour vous sortir de cette situation !

8 solutions pour retourner au travail et changer de carrière

Sommaire de l'article

Perte de motivation, manque d’intérêt pour vos missions, burn-out, harcèlement, vous n’avez plus envie de retourner au bureau et reprendre votre travail. Votre statut de salarié ne vous donne pas forcément accès au chômage si vous quittez votre entreprise sur un coup de tête. Avant d’envisager la démission, prenez le temps de la réflexion. Pour ne pas nuire à votre carrière et vous assurer un revenu financer, voici nos solutions pour retourner au travail et retrouver votre motivation.

Ne jamais démissionner de son travail sur un coup de tête

La baisse de motivation touche de nombreux salariés. Personne n’est épargné par un désamour de ses collègues, de son entreprise, voire de son poste. Avant de prendre une décision radicale et de démissionner sans plan de secours, prenez du recul.

L’effet crise sanitaire et confinement sur votre motivation professionnelle

Le récent confinement et le télétravail ont accentué cette peur de retourner au bureau. Vos collègues ne vous manquent pas, les missions liées à votre poste vous semblent vides de sens. La crise sanitaire a remis en question bon nombre de vos attentes et votre vision du travail. Cette lassitude est peut-être passagère et ne nécessite pas de tout remettre en question.
C’est pourquoi, avant de poser votre démission et de quitter votre emploi, posez-vous quelques questions. À moins d’une situation grave, comme le harcèlement ou le burn-out, prenez le temps de réorienter votre carrière professionnelle. Pour vous aider à faire le point, vous pouvez consulter nos conseils pour changer de job en 10 étapes.

Démission et droit au chômage

Pour rappel, la démission ne donne pas droit aux allocations chômage. Certaines situations particulières vous donnent cependant accès à une indemnisation par Pôle Emploi. Par exemple, si votre employeur ne vous verse aucun salaire, votre démission est jugée légitime. Si vous posez votre démission pour cause de harcèlement, ce départ vous donne également droit aux allocations. La procédure est plus longue puisqu’il vous faut apporter des preuves de dépôt de plainte.

Démissionner pour un projet de reconversion professionnelle

Depuis le 1er novembre 2019, un nouveau dispositif a été mis en place pour les démissionnaires. Si vous disposez d’un projet de reconversion professionnelle sérieux, vous pouvez bénéficier de vos droits au chômage. Certaines conditions sont à remplir :

  • avoir travaillé 5 années consécutives (ou 1 300 jours) dans une ou plusieurs entreprises ;
  • disposer d’un CDI.

Qu’entendons-nous par un projet de reconversion professionnelle sérieux ? Il peut s’agir par exemple d’une formation ou d’une reprise ou création d’entreprise. Attention, la procédure de cette démission est stricte. Avant de prévenir votre employeur, réalisez un entretien avec un conseil en évolution professionnelle (CEP). C’est avec lui que vous préparez votre dossier à envoyer à la commission de validation de votre région.
Soyez patient, le délai de réponse peut atteindre 2 mois. Ensuite, c’est à Pôle Emploi d’accéder ou non à votre demande. Une fois votre dossier validé, vous pouvez donner votre démission à votre employeur et engager une nouvelle vie professionnelle.

Négociez plus de temps en télétravail avec votre employeur

Vous avez besoin de prendre du recul et de réfléchir à votre situation. L’ambiance au bureau vous pèse, vous éprouvez un certain décalage avec vos collègues. Pour éviter le burn-out et un éventuel congé maladie, prenez vos distances. Si votre présence physique n’est pas obligatoire sur votre poste, négociez quelques jours de télétravail supplémentaires. Profitez de ce retour chez vous pour faire le point sur votre situation. Quelles sont vos attentes sur votre poste :

  • évoluer en interne ;
  • acquérir de nouvelles compétences ;
  • obtenir des missions plus valorisantes, etc.

Le télétravail vous offre deux avantages. Vous assurez votre travail et vous conservez votre salaire. Vous avez plus de temps pour faire des recherches sur des formations. Une fois vos pistes trouvées, prenez rendez-vous avec votre employeur ou manager pour entamer des discussions sur votre évolution de carrière.

Prenez un congé maladie pour éviter le burn-out

Le congé maladie n’est pas une solution pérenne si vous souhaitez quitter votre emploi. Néanmoins, discuter avec un médecin put révéler des signes avant-coureurs du burn-out. Un arrêt de travail est salvateur pour votre santé mentale et physique. Profitez de cette absence pour prendre du repos. Ce n’est pas le moment d’étudier les offres d’emploi ni de chercher un nouveau poste.
Le congé maladie est destiné à faire une pause, oublier son travail, l’employeur ou les collègues. Videz-vous la tête avant d’arriver au point de rupture. Reposé et en pleine possession de vos moyens que vous pouvez envisager un changement de vie professionnelle.

Soldez vos congés pour ne pas retourner au travail

Si l’arrêt maladie vous impose le repos, une semaine de vacances vous permet de réaliser vos recherches. Emploi, formation, évolution de carrière, vous pouvez prendre le temps de réfléchir à vos nouvelles attentes. Loin de votre lieu de travail, vous pouvez faire le point sur votre situation professionnelle. Si vous éprouvez un vrai mal-être au travail, vous avez besoin d’élaborer un nouveau plan professionnel. Un retour au calme pendant les congés vous aide à construire votre nouvel avenir ou, du moins, à en élaborer les premières pistes. Une simple liste « je veux / je ne veux plus » est un très bon point de départ.

Abandon de poste : avantages et inconvénients

L’abandon de poste est une solution extrême pour ne plus retourner au travail. Le principe consiste à ne plus vous rendre sur votre lieu de travail et à ne plus rien faire pour votre employeur. Un salarié en abandon de poste a pour objectif d’obtenir un licenciement pour faute grave.

Les avantages de l’abandon de poste pour le salarié

L’abandon de poste menant à une procédure de licenciement pour faute permet au salarié de prétendre aux allocations-chômage. Si la procédure de licenciement peut prendre du temps (envoi de lettre recommandée, entretien avec l’employeur, etc.), la rupture du contrat de travail ne nécessite pas de préavis.

Les inconvénients de l’abandon de poste

Ne plus souhaiter se rendre au travail ne justifie pas toujours les conséquences d’un abandon de poste. Outre le fait que vous abandonniez vos responsabilités professionnelles envers votre employeur et vos collègues, vous vous exposez à quelques contraintes. Votre employeur peut en effet se retourner contre vous et demander des dommages et intérêts s’il estime que votre abandon de poste a nui à son entreprise.
Autre inconvénient majeur, la suspension de votre salaire. Le salarié ne reçoit plus aucune rémunération dès son abandon de poste. Si la procédure de licenciement est longue ou si votre employeur décide de vous conserver, vous ne toucherez aucun salaire. Vous ne bénéficiez pas non plus de l’indemnité de licenciement.

Optez pour la rupture conventionnelle

L’abandon de poste n’étant pas une solution recommandée (elle peut aussi nuire sur la suite de votre parcours professionnel) vous pouvez choisir la rupture conventionnelle. Ce dispositif met un terme à votre contrat de travail, d’un commun accord entre le salarié et l’employeur. Cette rupture vous donne accès à l’indemnisation Pôle Emploi.
La rupture conventionnelle peut être refusée par votre employeur s’il estime votre présence à votre poste indispensable.

Réalisez une formation sur votre temps de travail

Si vous ne souhaitez pas retourner au bureau, pourquoi ne pas faire une formation sur votre temps de travail ? Vous pouvez solliciter le plan de développement des compétences de votre entreprise. Cette formation vous aide à acquérir de nouvelles aptitudes et vous permet d’évoluer d’un point de vue professionnel.
Le coût de votre formation est pris en charge par votre employeur si vous obtenez son accord. Attention, pour bénéficier de cette formation interne à l’entreprise, elle doit vous permettre d’évoluer sur votre poste ou répondre à un changement de poste. Le salarié conserve son salaire pendant cette formation réalisée sur votre temps de travail.

Faites le point sur votre carrière avec un bilan de compétences

Votre désamour pour votre travail tient sans doute du désintérêt de vos missions. Votre poste ne répond pas à votre envie d’évolution, votre entreprise ne partage plus les mêmes valeurs. Vous avez besoin d’un plan d’action pour rebondir. Faire un bilan de compétences vous aide à faire le point sur vos aptitudes personnelles et professionnelles. Avec votre conseiller, vous révélez vos points forts et vos points faibles. Vous élaborez vos besoins en formation en rapport avec des emplois qui pourraient vous intéresser. Découvrir d’autres perspectives professionnelles refait naître votre motivation et votre envie de retourne un jour, sur un autre lieu de travail.

Comment retrouver l’envie de retourner au travail ?

Dès les premiers signes de démotivation, nous vous conseillons de vous arrêter quelques instants. Prenez le temps de vous poser les bonnes questions. Parfois, il suffit d’une simple discussion avec son manager ou son employeur pour retrouver un nouvel élan. Ne laissez pas une situation inextricable s’installer. Faire le point sur ses besoins et établir un plan d’action pour améliorer votre vie professionnelle sont des étapes essentielles pour conserver un cap et éviter le burn-out.

Vous souhaitez évoquer avec nous vos besoins professionnels ? N’hésitez pas à nous contacter pour établir ensemble un accompagnement professionnel personnalisé.

ABACUS, votre cabinet d'information sur la formation et les ressources humaines
ECRIT PAR
ABACUS
Expert ABACUS

32 réponses

  1. Bonjour, j ai trouvé un autre emploi et envoyé ma lettre de démission. Cependant, mon employeur actuel veut que j effectue mon préavis d un mois. Malheureusement, mon nouvel employeur peut et veut que je commence avant la fin de mon préavis. Que puis-je faire ? Quels sont mes droits. Merci d avance de me répondre au plus vite. Cordialement

    1. Bonjour Agnès,
      Merci pour votre commentaire.
      En effet, pas simple de répondre aux attentes des deux partis. Je vous conseille de jouer la franchise auprès de votre employeur actuel en lui disant qu’on vous attend pour telle date, et que vous ne pourrez pas « louper le coche ». OU mieux peut-être, de voir avec votre futur employeur pour décaler de quelques jours votre arrivée en lui expliquant la situation. D’insister sur le fait que vous voulez tenir vos engagements peut jouer en votre faveur et renvoyer l’image de quelqu’un de professionnel : vous gagnerez peut-être des points pour votre nouvelle entreprise. A vous de peser le pour et le contre, et de voir ce qui semble le plus adapté à votre situation.
      En pratique cela dit, vous pouvez quitter votre poste sans avoir terminé votre préavis, même si ce n’est pas « respectueux » de l’employeur que vous quittez.
      J’espère que cela vous aidera.
      Bien à vous,
      Kévin

  2. Bonjour je suis encadrant avec une charge de travail importante, je suis épuisé moralement et physiquement je crains le bernaout comment faire avec mon employeur? A 54ans je voudrais m,orienté vers un travail moins stressant.

    1. Bonjour,
      Navré pour votre situation. Je vous invite à faire attention avant tout. Et pour les opportunités qui s’offrent à vous :
      – Un entretien avec un conseiller en évolution professionnelle (CEP) : c’est gratuit, votre employeur n’est pas tenu d’être informé, et vous pouvez échanger sur un projet professionnel de reconversion ou de changement d’entreprise
      – Un bilan de compétences : vous permettra d’aller encore plus loin dans la démarche de reconversion avec un consultant spécialisé dans la transition professionnelle (nous pouvons vous accompagner)
      – Une VAE : si vous n’êtes pas diplômé pour ce que vous faites, vous pouvez très bien passer une VAE et obtenir une certification ou un diplôme équivalent à votre fonction. Cela vous ouvre des portes d’évolution professionnelle, et vers un changement d’entreprise notamment, avec un meilleur cadre.
      – le CPF de transition : vous vous lancez dans une formation professionnelle tout en bénéficiant d’un congé de formation (maintien rémunération, congés payés, etc.).
      – Dispositif démissionnaire : vous permettrait de démissionner de votre entreprise tout pouvant bénéficier des allocations chômages pour construire un nouveau projet professionnel. Le statut de demandeur d’emploi pourrait vous permettre d’obtenir un financement plus important de votre future formation via Pôle Emploi. Attention, le dispositif est encadré, et vous devez en tous les cas rencontrer un CEP en amont.
      Je crois que c’est déjà pas mal.
      N’hésitez pas au besoin. Bon courage à vous, pas de raison pour que ne vous puissiez pas rebondir !
      Kévin

  3. Bonjour,
    Je suis actuellement en arrêt maladie depuis 6mois( cause dépression), je viens de donner ma démission, dont le préavis se termine le 17mars….je viens de recevoir une convocation visite de pré reprise par le médecin conseil, mais je ne veux surtout pas y retourner j’en suis malade d’avance….peuvent’ il me forcer any retourner pour à peine une semaine ? Et quoi faire?? Merci d’avance

    1. Bonjour Adeline,
      La visite auprès de la médecine du travail serait en dehors de votre lieu de travail, dans un cadre neutre. Si votre démission est fixée, et que vous ne voulez pas revenir en arrière, vous n’êtes en effet pas forcée d’y aller. Si toutefois vous souhaiteriez une meilleure issue (même si la rétro décision me semble difficile), le médecin conseil aurait pu vous déclarer inapte pour une reprise de votre poste. Cela vous aurait engagée dans une procédure de licenciement pour inaptitude, avec ouverture des droits au chômage.
      Malheureusement, si vous êtes vraiment tétanisée à l’idée d’avoir affaire à un quelconque contexte lié à votre entreprise, je vous conseille de ne plus répondre aux sollicitations (qui sont des procédures).
      En parallèle, vous avez dû cumuler des droits CPF. Pensez-y pour vous former, ou bien, si vous ne savez pas quoi faire, pour faire un bilan de compétences. Chez ABACUS, nous pouvons vous accompagner en proposant des bilans de compétences de 10h ou 24h, à distance ou en présentiel. A défaut, vous pouvez tout à fait rencontrer un CEP (Conseiller en évolution professionnelle), pour un entretien gratuit de 2 à 3h afin de discuter de votre reconversion.
      Je reste à votre disposition.
      Bien à vous,
      Kévin

  4. Bonjour je suis actuellement en absence injustifiée j’ai reçu un courrier pour donner un justificatif je les pas fait je suis en cdd il prend fin a la fin du mois peuvent t’il reculé la date est est-ce qu’il prendra fin ? Merci d’avance

    1. Bonjour William,
      Votre CDD prendra fin à la fin du mois. Hormis si vous n’y tenez pas, je vous invite tout de même à justifier votre absence.
      Bien à vous,
      Kévin

  5. Bonjour, j ai eu un accident sur mon lieu de travail j ai été déclaré inapte. Mon employeur est à la recherche d’un reclassement, mais la médecine du travail m a déjà donné le poste que je devais avoir, sauf que ma RRH en décidé autrement. Je ne suis plus subrogé depuis le 17 février, d ou mon inquiétude ( perte de salaire etc…) je ne suis pas encore remise de mon accident. Est que je peux faire prolonger mon AT même après avoir des propositions de reclassement. Merci d avance.

    1. Bonjour Virginie,
      A priori, si la médecine du travail n’a pas réévalué votre inaptitude pour une reprise de poste, vous êtes toujours considérée comme arrêtée pour accident de travail. Je vous invite à re-valider le point avec votre direction. Ce n’est pas à vous de prolonger votre AT.
      Bien à vous,
      Kévin

  6. Bonjour,

    Je suis actuellement en CDI en tant que vendeuse, je fait une formation à distance pour être secrétaire administrative.
    Mais je n’arrive plus à faire les deux, à cumuler mon CEI 35h + ma formation.
    J’ai déjà essayée de parler avec mon employeur, pour la rupture conventionnelle est il change de sujet et essaye de trouver des solutions et il m’a clairement faire comprendre que si je ne me plaisez pas dans l’entreprise je pouvais allez voir ailleurs..
    Je ne sais pas comment faire

    1. Bonjour Océane,
      Situation difficile en effet… La difficulté, c’est que vous avez déjà entamé votre formation. Si ce n’était pas le cas, vous auriez pu envisager le dispositif démissionnaire (démissionner de votre travail avec un projet de reconversion et ouverture des droits Pôle Emploi). Malheureusement, je ne pense qu’il puisse y avoir de rétroactivité. Tentez tout de même de contacter un CEP (Conseiller en évolution professionnelle). C’est gratuit, et il pourra vous aiguiller sur votre situation.
      Bon courage, tenez bon !
      Bien à vous,
      Kévin

      1. Bonjour, cela fera 6 moi que je travaille dans la même société. Je suis en arrêt depuis le 15 mars et ce, jusqu’au 3 avril. Mon employeur a effectué un contrôle a mon domicile par un médecin. Qui m’a  »ordonné » de reprendre le travail après mon arrêt. Je souhaite démissionner vu la mauvaise entente et d’autres choses qui ne me plaisent pas mais il n’y a pas de dialogue possible. Est ce que si je démissionne avant les 6 mois mon préavis peut être réduit d’office ou puis je ne pas le faire ? Ou vaut il mieux que je démissionne lors de ma reprise ? Je suis un peu perdue. Sachant que clairement si je prolonge mon arrêt on m’a bien fait comprendre que ça n’allait pas le faire pour moi…

        1. Bonjour,
          Navré pour cette situation…
          Selon moi, vous devriez songer au « dispositif démissionnaire », qui vous permettra de démissionner tout en bénéficiant de vos droits au chômage. Pour cela, vous devez rencontrer un CEP (conseiller en évolution professionnelle), c’est totalement gratuit, et cela peut se faire à distance. L’objectif de cet entretien : construire un projet de reconversion professionnelle. Un dossier doit être monté pour soumission à la CPIR (Commission paritaire inter-régionale) qui validera ou non votre projet de reconversion. Si validé, vous pourrez alors démissionner (quelle que soit votre situation à ce moment-là), et au terme du préavis, percevoir vos ARE et vous faire financer une formation pour votre reconversion.
          Concernant votre arrêt, si vous ne vous sentez pas de reprendre, prolongez-le. La seule chose que vous risquez, c’est un licenciement pour inaptitude (le motif de faute grave ne sera pas possible juridiquement). Auquel cas, vous aurez d’office le droit aux ARE.
          J’espère que cela vous aidera.
          Je reste à votre disposition.
          Bien à vous,
          Kévin

  7. Bonjour. Je suis censer être en CDI avec 2 mois d’essai mais je n’ai tjr pas signer de contrat. J’ai commencer depuis 2 semaines mais ce travail n’est pas fait pour moi. Que faire ? J’ai un délai de prévenance de combien ? Est ce que je peux partir même si je n’ai pas signer de contrats ?

    1. Bonjour Lola,
      En temps normal, vous seriez liée à votre employeur puisque votre période d’essai semble dépassée. Mais en l’occurrence, si vous n’avez rien signé, vous êtes libre de partir. Tâchez si possible de le faire en bon terme afin de ne pas perturber l’organisation de l’entreprise.
      Si vous souhaitez faire le point sur votre situation et votre avenir professionnel, je peux vous recommander le bilan de compétences. Nous en proposons chez ABACUS.
      A votre dispo !
      Bien à vous,
      Kévin

  8. Bonjour, je suis en préavis de démission. Aucune négociation avec mon employeur n’est possible, donc pas d’autres solutions que de démissionner.. ma question est de savoir si j’ai la possibilité de rester en télétravail même si mon employeur exige mon retour au bureau. Qu’est ce que je risque ? Mon bureau ne pouvant pas être aéré, j’ai des craintes dans le contexte actuel. merci beaucoup

    1. Bonjour Amandine,
      Malheureusement, si votre employeur n’a souhaité aucune négociation, et que vous avez le sentiment d’avoir tout fait pour trouver un compromis, je vous invite à rester chez vous. Ce qui peut vous arriver, c’est un licenciement pour abandon de poste, cela peut prendre un peu plus longtemps, mais cela vous ouvrira des droits aux ARE. Je ne dis pas que c’est la bonne méthode, mais quand il n’y a pas de possibilité de dialogue alors, il faut se préserver.
      Bon courage à vous,
      Kévin

      1. Merci pour votre réponse Kevin… Je ne pensais pas forcément à l’abandon mais plus à un refus de revenir au bureau … Je ferai mon travail mais depuis mon domicile.. est ce que je risque des poursuites ? Merci beaucoup !

        1. Amandine,
          Le refus de votre part de retourner en poste au bureau pourrait être considéré et requalifié comme un « abandon de poste » par votre employeur, y compris si vous souhaitez travailler à domicile. Vous ne risquez aucune poursuite si ce n’est le licenciement, qui, quoi qu’on en dise, reste plus « avantageux » puisqu’il vous ouvre des droits aux ARE. C’est dommage d’en arriver là mais si malheureusement le dialogue est rompu… Tâchez de convaincre de travailler à domicile, si vous préférez, jusqu’à la fin de votre préavis. Mais attention, vous ne pourrez pas percevoir de chômage au terme. Si vous souhaitez vous reconvertir, je vous invite à rencontrer un Conseiller en évolution professionnelle (CEP), c’est gratuit, et cela peut ouvrir les portes d’une démission requalifiée en « démission-reconversion », avec un dossier qui sera instruit à la CPIR pour vous ouvrir le droit au chômage et au financement de votre formation (https://abacus-rh.com/rh/demission-reconversion-professionnelle-9-conseils/10/05/2021/).
          Je reste à votre écoute.
          Bien à vous,
          Kévin

          1. Merci Encore Kevin !! Dernière question.. Suite à ma démission, on me demande de former mon potentiel remplaçant, qui n’est pas encore »trouvé ». Si je reste en télétravail, est ce que là, l’employeur peut se retourner contre moi? Merci beaucoup

          2. Re- Amandine,
            Non, du tout. Former votre remplaçant n’est pas une obligation inscrite dans le code du travail dans le cadre d’une démission, c’est sur la base du bon vouloir du démissionnaire.
            N’ayez crainte. 😉
            Bien à vous,
            Kévin

  9. Bonjour je suis actuellement en poste en contrat Pec 20h et je ne veux pas retourner car j’ai trouvé un autre travail plus intéressant pour moi financièrement puis je quitter de suite et ne pas revenir à mon travail? Merci beaucoup à vous

    1. Bonjour,
      Quand est-ce que se termine votre contrat ? En démissionnant de votre poste, vous risquez par contre d’être radié de Pôle Emploi et de ne plus pouvoir bénéficier de votre chômage, dans le cas où votre nouveau contrat ne se passerait pas bien. C’est une prise de risque mais si vous savez que vous allez vous épanouir dans votre nouvel emploi avec une projection vers l’avenir, vous êtes libre de prendre cette décision.
      Bien à vous,
      Kévin

  10. Bonjour
    Je suis en arrêt maladie depuis un an et demi dépression surmenage.
    Entre temps, j ai porte plainte contre mon employeur prud homme qui aura lieu dans quelques mois. Je souhaite stoppé mon arrêt maladie je ne m en sors plus financièrement que dois je faire ? Quelles démarches.
    Je suis rqth en CDI
    Merci

    1. Bonjour Mathilda,
      Navré pour votre situation…
      Vous souhaitez stopper votre arrêt maladie, mais il n’est pas question de reprendre votre poste, si ? La démission reconversion peut être une solution, mais à condition d’avoir un projet de reconversion. Cela pourrait vous ouvrir les droits au chômage tout en étant accompagnée pour financer une formation. Pour cela, vous devez rencontrer un CEP (Conseiller en évolution professionnelle). S’il est plutôt question de miser sur le licenciement pour inaptitude, avec indemnités, vous devez vous rapprocher de la médecine du travail de votre entreprise.
      Dites m’en un peu plus que je puisse mieux vous aiguiller.
      Bien à vous,
      Kévin

  11. Je vise plutôt le licenciement pour inaptitude car je ne peux pas reprendre mon travail
    Mon arrêt se termine fin mai et je souhaite savoir toutes les démarches je n’ en peux plus.
    Puis je arrêter mon arrêt de travail plus tôt ?
    Je ne sais plus ce que je dois faire j ai effectuer un bilan déjà de compétences et les métiers ressortis sont 4-5 ans d études.
    Il est hors de question que je retourne dans mon entreprise

    1. Bonjour Mathilda,
      Si l’arrêt de travail vient de votre médecin traitant, tentez de le rencontrer pour lui expliquer brièvement la situation et voyez avec lui s’il peut réduire cette période d’arrêt. En parallèle, prenez RDV avec la médecine du travail pour enclencher la demande d’inaptitude. Voyez avec un délégué du personnel s’il peut faire quelque chose à son échelle au niveau du CSE de votre entreprise en parallèle.
      Bon courage dans vos démarches, tenez bon ! Une fois licenciée, vous pourrez envisager un financement de votre formation via Pôle Emploi, par exemple.
      Bien à vous,
      Kévin

  12. Bonjour.
    Pouvez vous me renseigner Svp. Suite à um mail de mon patron l’invitant à quitter mon entreprise et surmenage je suis en burn out. Je ne veux plus reprendre mon poste mais je ne souhaite pas non plus perdre mes indemnités ( ancienneté…) et mon droit au chômage. De plus j’ai des pbs de santé. Comment dois- je procéder. Merci d’avance

    1. Bonjour, vous pourriez vous rapprocher de la médecine de travail pour qu’une inaptitude à reprendre votre poste soit reconnue. Votre entreprise disposera de 30 jours à partir du moment où l’inaptitude aura été déclarée pour vous proposer un autre poste en interne. Si ce n’est pas possible, une procédure de licenciement pour inaptitude pourra être engagée.
      Si vous avez plus de 5 ans d’ancienneté, vous pouvez également rencontrer un CEP (conseiller en évolution professionnelle), pour envisager un dossier de démission pour reconversion. C’est gratuit, et l’objectif est de définir un projet de reconversion (via une formation) et si accepté par la commission paritaire, vous pourrez démissionner en percevant vos ARE tout en bénéficiant d’un financement pour votre formation.
      2 possibilités, très différentes, selon votre projet professionnel.
      J’espère que cela vous aidera.
      Bien à vous,
      Kévin

  13. Bonjour, j’ai êtes en CDI pendant 5 ans, je eu 2 enfants, suite a la fin de mon 1er congé, je repris le travail et ou bout de quelques mois, je retombe enceinte et je pris mon 2eme congés qui a duré environ 2 ans, je voulais pas retourner a mon poste pasque suite a mon premier enfant au retour je travaille pendant 2 mois sans salaire, et je suivi du harcèlement dans le sans ou je fais de corvée qui n’êtes pas en relation avec mon poste. Sans parler des mes heures supplémentaires non payées et la periode de fin de cdd travailler sans contrat pendant plus des deux semaines sans m’avoir payée avec l’excuse de ma directrice disent que je devais travailler le temps d’arriver de mon contrat Cdi (a l’époque je venez d’arriver en France au moins 1 ans et demi, j’avez un peu la barrière linguistique et j’avais que 19 ans) . Après mon congé je décide de plus i retourner, ayant essaier avant un rupture convencionel pasque le temps parciel ne me convenait plus, et ils ne voulais pas me donner un 35h. Au bout des quelques mois ils viens de me licencer pour faute grave. Je dispose de combien temps pour déposer mon dossier au chômage pour pas perdre mes droits? Sachant que actuellement je travaille en intérim depuis le 11 février et je souhaite continuer a travailler pendant au moins 1 ans.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire détaillé.
      Vous pouvez d’ores et déjà faire votre demande de chômage. S’il vous restait des congés payés, ils représenteront le nombre de jours de traitement de votre dossier sans que vous puissiez bénéficier de vos ARE. Pour le reste, vous pouvez cumuler des emplois en intérim et bénéficier d’un complément de votre salaire via les ARE selon le montant que vous déclarez chaque mois lorsque vous vous actualiserez sur votre espace personnel (pensez à le faire tous les mois). Seuls les jours que vous n’aurez pas travaillés vous seront indemnisés en complément de votre salaire.
      Bien à vous,
      Kévin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager la publication

Thématiques associées
A découvrir également
Comment devenir moniteur d'atelier ? Qualités requises, formation salaire... tout savoir !

Comment devenir moniteur d’atelier ?

En quoi consiste le métier de moniteur d’atelier, quelles sont les missions, quelles qualités requises, la formation à suivre, le salaire… Tout savoir pour devenir moniteur d’atelier !

LIRE
Notre réseau
ABACUS recrute !
Vous recherchez un dispositif de formation ou de financement

Les guides conseils ABACUS pour réussir votre reconversion ou évolution professionnelle

Un bilan de compétences en ligne et en 2 mois pour construire votre projet de reconversion professionnelle ?

//A la Une du blog

Quelle motivation pour changer de poste ?
Pour toutes questions
ou demandes
de renseignement