La démission pour une reconversion professionnelle : 9 conseils du cabinet ABACUS pour bien s'y prendre !

Démissionner pour une reconversion professionnelle : 9 conseils ABACUS

Sommaire de l'article

Votre emploi ne vous convient plus. Un projet de reconversion professionnelle commence à germer dans votre esprit. Faut-il démissionner pour vous lancer dans une nouvelle vie ? Mais alors, comment gérer la question financière ? Cette démission donne-t-elle droit à des allocations-chômage ? Comment être sûr de quitter son CDI sans regret ? Démissionner pour s’engager dans une reconversion professionnelle entre dans un cadre différent d’une simple démission. Avec la réforme de 2019, la donne a changé. Voici nos conseils à garder en tête avant de poser votre démission pour une reconversion professionnelle.

Conseil n° 1 : prenez connaissance du nouveau dispositif démissionnaire

Le dispositif « Démissionnaire » est récent. Mis en place en novembre 2019, il permet désormais aux démissionnaires de bénéficier des allocations-chômage. Attention, cela n’est possible que si vous engagez une reconversion professionnelle ou une création (ou reprise) d’entreprise.
Prenez connaissance de ce nouveau dispositif. Vous devriez en apprendre davantage sur vos perspectives, notamment en termes d’allocations, mais aussi d’étapes à réaliser avant de poser définitivement votre démission auprès de votre entreprise.

Conseil n° 2 : conservez votre emploi avant de lancer votre reconversion professionnelle

Dans votre esprit, votre décision est prise. Vous souhaitez quitter votre emploi pour vous lancer dans la reconversion professionnelle. Ne vous précipitez pas pour donner votre démission à votre employeur. Pour bénéficier de vos droits aux allocations et la possibilité de vous inscrire à Pôle emploi, la patience est de rigueur.
Vous devez envisager ce processus de reconversion professionnelle en parallèle de votre activité professionnelle. Conservez votre statut de salarié, ne rompez pas trop rapidement votre CDI. Cela reviendrait à brûler les étapes et vous ne pourriez bénéficier du dispositif « Démissionnaire ». Prenez donc votre mal en patience pendant la durée de la procédure et des démarches à mettre en place.

Conseil n° 3 : vérifiez votre éligibilité pour bénéficier de l’allocation-chômage

Pour éviter toute déception, vérifiez que votre situation est éligible à ce nouveau dispositif. Pour toucher vos ARE, vous devez répondre aux conditions suivantes :

  • Être en contrat à durée indéterminée dans le secteur privé (temps complet ou temps partiel) ;
  • Justifier d’un emploi salarié pendant 5 années consécutives dans une ou plusieurs entreprises ;
  • Avoir un projet de reconversion professionnelle « réel et sérieux ».

Si vous ne répondez pas à une ou plusieurs de ces conditions, votre reconversion professionnelle n’est pas remise en question pour votre démission. Vous devez alors envisager une autre solution. La rupture conventionnelle, négociée avec votre employeur, vous donne accès aux allocations-chômage. D’autres démarches sont alors à mettre en place.

Conseil n° 4 : préparez un projet de reconversion professionnelle réel et sérieux

Pour bénéficier de ce nouveau dispositif, votre projet de reconversion professionnelle doit être réel. Votre nouvelle vie doit être motivée par des arguments solides et non pas par des envies, ou de simples idées. À vous de réaliser un dossier pertinent et de convaincre du caractère légitime et fondé de votre démission. Votre travail ne vous convient plus, vous avez déjà mis en place des recherches pour une reconversion.
Rien ne doit être laissé au hasard pour monter votre nouveau projet professionnel valide. Notez que votre dossier doit passer par une étape de validation auprès d’une commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR). Il doit donc se révéler convaincant pour vous permettre de lancer concrètement votre reconversion professionnelle.

Conseil n° 5 : passez par l’accompagnement du conseil en évolution professionnelle (CEP)

Impossible de faire l’impasse sur cette étape du dispositif. Notez qu’à ce stade de vos démarches, vous ne devez toujours pas donner votre démission à votre employeur !

Qu’est-ce que le conseil en évolution professionnelle ?

Le conseil en évolution professionnelle (CEP) est un accompagnement pour votre reconversion professionnelle. Il vous permet de :

  • bénéficier un accompagnement personnalisé pour mettre en place votre projet de reconversion ;
  • trouver les dispositifs alternatifs à la démission pour mettre en place votre projet ;
  • établir les détails et les étapes de votre projet professionnel.

Le CEP vous accompagne pour élaborer un dossier de reconversion professionnelle à présenter à la commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR).

Où réaliser son CEP ?

Selon votre statut de salarié, les différents CEP sont dispensés par :

  • l’APEC pour les salariés cadres ;
  • les CAP Emploi pour les salariés en situation de handicap ;
  • des opérateurs présents dans chaque région.

À vous de réaliser ces démarches pour mettre en place votre conseil en évolution professionnelle.

Quelle est la finalité du CEP ?

Le conseil en évolution professionnelle sert à vous accompagner dans les premières étapes de votre reconversion professionnelle. Il peut notamment vous apporter un premier financement pour une formation. Si votre projet est, à ce stade, déjà bien construit, le CEP peut également vous orienter vers un bilan de compétences.
En quelque sorte, le CEP pose les bases de votre projet. À vous, ensuite, de continuer à construire le dossier de votre reconversion professionnelle.

Conseil n° 6 : élaborez un projet de reconversion réel et sérieux

La préparation de votre projet de reconversion professionnelle est essentielle. Vous êtes, à ce stade, seul maître à bord pour construire votre projet.

Faites le point sur vos envies

Votre projet professionnel n’est peut-être pas complètement mûr dans votre esprit. Vous souhaitez changer de travail, mais vous ne savez pas vers quel nouvel emploi vous tourner. C’est le moment de faire un bilan personnel. Pour vous aider dans cette introspection, n’hésitez pas à réaliser des tests pour trouver votre voie. Ces tests de personnalité vous offrent une base de réflexion pour trouver l’activité qui vous correspondrait le mieux.

Faites-vous accompagner

Un accompagnement par un professionnel, comme un coach ou un consultant RH, vous apporte un regard extérieur très constructif. Avec lui, vous entrez concrètement dans votre projet de reconversion. Cet accompagnement vous permet de vérifier la viabilité de votre projet. Vous pouvez également réaliser un bilan de compétences.
Ce bilan fait le point, comme son nom l’indique, sur vos compétences personnelles et professionnelles. Il met aussi l’accent sur vos envies, vos attentes en matière d’emploi. Enfin, il a également l’avantage de définir les démarches à engager pour mener à bien votre reconversion professionnelle. Il vous indique notamment la formation à suivre pour votre prochain métier.
Ce bilan de compétences est un atout dans votre dossier et prouve votre motivation à changer de vie professionnelle.

Faites le point sur vos solutions de financement

Une reconversion professionnelle implique un besoin de financement. Les allocations-chômage vous permettront de vivre au quotidien, mais elles ne seront peut-être pas suffisantes pour financer une formation. Pour monter un dossier complet, consacrez une partie aux aides financières et aux solutions dont vous disposez. Quel est, par exemple, le montant de votre CPF ? Quelles sont les aides auxquelles vous pouvez prétendre : financement par Pôle emploi, aides de la région, etc. ?Plus votre dossier comporte d’éléments prouvant votre motivation, plus il a de chance d’être accepté.

Conseil n° 7 : passez avec succès la validation de la commission paritaire interprofessionnelle régionale

La dernière étape du dispositif consiste à obtenir la validation de votre dossier par une commission paritaire interprofessionnelle (CPIR). Gardez en tête que seules les reconversions professionnelles nécessitant une formation sont éligibles. Vous pouvez également envoyer votre dossier si vous envisagez la création ou une reprise d’entreprise. Voici quelques arguments clés à mettre en avant dans votre dossier.

  • Prouvez que votre formation répond aux besoins de votre futur emploi.
  • Montrez que vous connaissez le marché du travail de votre prochain secteur d’activité.
  • Démontrez que ce secteur d’activité est un secteur qui recrute et que votre reconversion professionnelle débouche sur un emploi.
  • Dans le cas d’une création d’entreprise, un business plan validé par un professionnel est bienvenu. Il doit faire état de vos ressources financières, de vos projections, recrutements, etc.

La réponse de la CPIR vous parvient dans un délai de deux mois à compter de la date de réception du dossier.

Conseil n° 8 : donnez votre démission au bon moment

Pour bénéficier de vos allocations, vous ne pouvez pas donner votre démission à votre employeur à n’importe quel moment. Vous devez attendre une réponse positive de la commission. Sans l’attestation qui stipule que votre projet de reconversion professionnelle est « réel et sérieux », vous ne pouvez pas ouvrir vos droits aux allocations-chômage.Patience, avec ce nouveau dispositif, la démission pour reconversion professionnelle demande du temps.

Conseil n° 9 : ne ratez pas votre inscription à Pôle emploi

Vous avez reçu un accord positif de la CPIR ? Félicitations, votre projet professionnel prend un nouveau tournant ! Vous avez désormais 6 mois pour vous inscrire à Pôle emploi et bénéficier de vos allocations. N’oubliez pas que la démission vous impose un délai de préavis au sein de votre entreprise.
Il faut également que vos démarches d’inscription à une formation soient terminées. Pôle emploi ne valide vos droits que si vous vous apprêtez à entrer en formation. Attention donc à ce délai de 6 mois. Si votre projet de reconversion professionnelle est bien mené, vous ne devriez pas avoir de mal à tenir ce délai.

La démission pour une reconversion professionnelle avec ABACUS

Pour vous accompagner dans votre projet de reconversion professionnelle et établir un projet solide, faites-vous accompagner ! Les consultants du cabinet ABACUS se tiennent à votre écoute pour vous orienter dans cette étape clé de votre vie professionnelle.

ABACUS, votre cabinet d'information sur la formation et les ressources humaines
ECRIT PAR
ABACUS
Expert ABACUS

6 réponses

  1. Oui très bien documenté.
    Peut être ajouter aussi les motifs légitimes de démission qui ouvrent droit à des allocations…parfois la reconversion est liee

    1. Bonjour Evelyne, merci pour ce compliment !
      Et c’est tout l’intérêt du 1er paragraphe sur le dispositif Démissionnaire avec un lien vers l’article 😉
      Kévin

  2. bonjour je souhaiterais savoir si le délais des 5 ans activitées sont fix.
    Je suis en cdi depuis le 6/2/2017
    je suis en arrêt maladie pour burn out à cause de harcèlement depuis 15 jours, je me suis déjà renseigner sur des démarche de reconversion mais j’aimerais savoir si je peux me tourné vers la démission pour reconversion malgré les 4 ans et 6 mois??

    1. Bonjour,
      Le plus sage serait de patienter jusqu’à vos 5 ans d’activité consécutive… Même si je me doute que ce n’est pas si simple… Toutefois, vous pouvez d’ores et déjà vous rapprocher d’un CEP (Conseiller en évolution professionnelle). C’est totalement gratuit et l’entretien vous permettra d’envisager votre reconversion plus sereinement et dans les « règles de l’art », compte tenu des démarches à réaliser. De toute façon, la rencontre avec un CEP est obligatoire dans le cadre d’une démission pour reconversion.
      Bien à vous,
      Kévin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager la publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Thématiques associées
A découvrir également
Notre réseau
ABACUS recrute !
Vous recherchez un dispositif de formation ou de financement

Les guides conseils ABACUS pour réussir votre reconversion ou évolution professionnelle

Un bilan de compétences en ligne et en 2 mois pour construire votre projet de reconversion professionnelle ?

//A la Une du blog

Démissionner de l’éducation nationale, par où commencer ?
Pour toutes questions
ou demandes
de renseignement