Comment sortir d'un burn-out ? Les conseils du cabinet ABACUS

Syndrome de l'épuisement professionnel : conseils pour retrouver votre équilibre

Sommaire de l'article

En France, 17 % des travailleurs affirment avoir été victimes d’un burn-out (source : Statista, 2019). Derrière ces statistiques froides, il y a une personne, vous ou quelqu’un de proche. Il s’agit de l’un des troubles de santé mentale directement liés au travail. Une période de repos de l’esprit et du corps s’impose pour en venir à bout. Quels sont les symptômes du burn-out ? Que faire en cas de stress au travail ? Quel traitement pour l’épuisement professionnel ? Suivez nos conseils pour apprendre à sortir d’un burn-out.

Qu’est-ce que le burn-out ?

Le burn-out donne raison à Henri Salvador lorsqu’il chante : « Le travail c’est la santé, ne rien faire c’est la conserver. Les prisonniers du boulot ne font pas de vieux os. » Cet état de perte d’énergie est dû aux conditions de travail. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne classe cependant pas le burn-out comme une maladie professionnelle. Pire encore, le burn-out serait une conséquence d’une situation de stress mal géré. Une définition qui renvoie maladroitement la faute au salarié qui se donne pourtant corps et âme à son travail. Comment définir le syndrome de l’épuisement professionnel ?

Définition du burn-out, ou syndrome de l’épuisement professionnel

Le burn-out traduit un épuisement physique, émotionnel et psychique. Dr Christina MASLACH est psychologue et spécialiste reconnue du syndrome d’épuisement professionnel. Ses travaux et ceux de Susan Jackson identifient avec trois aspects du burn-out :

  • une fatigue profonde ;
  • du cynisme et du désintéressement envers son travail ;
  • des sentiments d’inaptitude et de manque d’accomplissement personnel.

On parle alors de système tridimensionnel pour définir l’épuisement professionnel.

Quelle est la différence entre burn-out et dépression ?

Marie PEZÉ est psychologue et créatrice du premier réseau de consultations « Souffrance et Travail ». Elle explique que « la dépression envahit tous les secteurs de la vie ». Le burn-out n’est lié qu’aux activités professionnelles. Après quelques semaines de repos, le salarié peut reprendre une vie sociale. S’il reprend ses fonctions professionnelles trop tôt, la rechute est inévitable.

Quelles sont les causes du burn-out ?

Christina MASLACH indique 6 causes conduisant au burn-out résultant d’un déséquilibre :

  • la charge de travail supérieure aux ressources nécessaires ;
  • le manque d’autonomie dans ses tâches ;
  • le manque de reconnaissance ;
  • le manque de sentiment d’appartenance ou la difficulté à trouver sa place ;
  • l’absence de justice, à savoir les différences de traitement entre les salariés ;
  • le conflit entre son travail et ses valeurs profondes.

Le processus de dégradation de l’état de santé s’opère sur une longue durée et non en quelques semaines.

Quels sont les signes annonciateurs du burn-out ?

Nous avons vu que le burn-out découle d’un processus d’érosions de l’énergie, de l’engagement et du sens. La personne touchée bascule progressivement vers ces troubles liés à divers facteurs de stress au travail. Certains signes avant-coureurs vous alertent avant d’atteindre ce point de non-retour encore faut-il apprendre à les reconnaître.

Les troubles somatiques

Avant de basculer vers un burn-out, le salarié présente souvent plusieurs troubles somatiques. Un sommeil perturbé et une fatigue chronique même après une période de repos sont symptomatiques. Soyez attentif aux maux de tête qui reviennent fréquemment. Des difficultés à vous concentrer et à mémoriser doivent vous alerter. L’apparition de tensions musculosquelettiques est aussi annonciatrice d’un futur burn-out. Vous observez une prise de poids rapide. Vous présentez des difficultés motrices. Vous êtes sujet à des problèmes d’ordre gastro-intestinal. Des problèmes cardiovasculaires annoncent aussi cet effondrement physique et émotionnel.

Les troubles comportementaux

Certains troubles du comportement montrent que quelqu’un est en train de s’épuiser professionnellement. Le manque d’empathie et un détachement progressif à son travail sont des signes qui ne trompent pas. L’irritabilité constante, l’agressivité, voire la violence sont également des expressions significatives du burn-out. Les personnes épuisées professionnellement sont vulnérables aux dépendances comme le tabagisme, l’alcool, les drogues, etc.

3 conseils pour sortir d’un burn-out

En France, 34 % des salariés sont certains qu’ils vont s’épuiser au travail (source : Statista, 2019). L’effondrement professionnel n’est cependant pas une condition définitive, vous pouvez vous en sortir et même rebondir. Que faire en cas de stress au travail ? Suivez ces 3 conseils indispensables pour sortir d’un burn-out.

1. Alerter votre entreprise dès les premiers signes d’effondrement professionnel

L’organisation du travail et les conditions d’exercice de votre emploi sont à l’origine de vos symptômes. On parle de risques psychosociaux au travail (RPS). N’attendez pas l’épuisement professionnel pour alerter votre entreprise. Vos conditions de travail vous font souffrir, vous devez en parler à vos responsables hiérarchiques. L’absentéisme répété est l’une des conséquences du burn-out. Il est donc dans votre intérêt et celui de votre entreprise d’alerter sur votre situation. Si votre corps et votre esprit commencent à défaillir, alertez votre hiérarchie.

2. Consulter votre médecin généraliste ou médecin du travail

Dès l’apparition d’une fatigue excessive, de troubles du sommeil et du comportement liés au travail, consultez un médecin. Vous pouvez vous adresser à votre médecin généraliste ou un médecin du travail. Ces professionnels savent détecter les symptômes du burn-out. Suite à un bilan médical, le médecin vous place en arrêt de travail pour une durée minimale de plusieurs semaines. Selon votre état de santé, le praticien va juger de votre aptitude à reprendre ou non le travail. Ne laissez pas la peur de perdre votre emploi vous contraindre à souffrir. Marie PEZE indique d’ailleurs que 80 % des patients retrouvent une activité professionnelle.

3. Se faire suivre par un psychologue ou un psychiatre

Le burn-out est une expérience traumatisante pour le corps et pour le moral. Consulter un psychiatre ou un psychologue vous aide à surmonter cette épreuve. Vous apprendrez également à ses côtés à mieux gérer votre stress. Les consultations chez un psychiatriques et psychologiques sont remboursées dans le cadre d’un parcours de soins. Une prescription de votre médecin traitant est donc nécessaire.

Pour sortir d’un burn-out, le retour à un équilibre entre vie perso et vie pro s’impose. Pendant votre période d’arrêt maladie, vous envisagez la recherche d’un autre emploi, voire une reconversion professionnelle ? Faites-vous accompagner par un conseiller en gestion de carrière ABACUS pour définir de nouveaux objectifs professionnels. Nous effectuons ensemble un bilan de votre situation afin d’établir un plan d’action pour rebondir. Nous vous invitons à consulter votre conseiller RH ABACUS le plus proche pour une prise de rendez-vous rapide. Osez ainsi changer de vie grâce à notre accompagnement sur mesure pour réussir vos projets professionnels.

ABACUS, votre cabinet d'information sur la formation et les ressources humaines
ECRIT PAR
ABACUS
Expert ABACUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager la publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Thématiques associées
A découvrir également
Notre réseau
ABACUS recrute !
Vous recherchez un dispositif de formation ou de financement

Les guides conseils ABACUS pour réussir votre reconversion ou évolution professionnelle

Un bilan de compétences en ligne et en 2 mois pour construire votre projet de reconversion professionnelle ?

//A la Une du blog

Le bilan de compétences pendant un arrêt maladie
Pour toutes questions
ou demandes
de renseignement