Se former aux médecines douces avec l'IEMN (Institut Européen de Médecine Naturelle)

Se former aux médecines douces : quelles sont les modes de reconversion et perspectives possibles ?

Sommaire de l'article

Le secteur des médecines douces : état des lieux du marché actuel et perception du public

La médecine douce aussi appelée médecine naturelle, alternative ou encore non conventionnelle est le terme qui désigne les produits et pratiques médicaux qui ne font pas partie des soins standard. Les soins standard sont ceux que pratiquent les médecins, les ostéopathes et les professionnels paramédicaux, tels que les infirmiers et les kinésithérapeutes.

La médecine alternative est utilisée à la place ou en compléments des soins médicaux standard. L’homéopathie, la médecine traditionnelle, la chiropractie et l’acupuncture sont des exemples de médecine douce.

Le marché de la « médecine douce » en France

En France, autrefois critiquée pour le manque d’études sur son efficacité et les effets secondaires, la médecine douce séduit de plus en plus de français aujourd’hui. En effet, selon une étude de l’ordre des médecins, près de 40% des français seraient enclins à utiliser la médecine douce.

Ce taux serait même supérieur chez les personnes malades. Les maux les plus récurrents sont : le manque de sommeil, le stress, l’anxiété et des problèmes digestifs. Toutefois, la médecine douce séduirait de plus en plus un nombre important de personnes atteintes de graves pathologies.

De plus, les médecines douces sont souvent recommandées afin de contribuer au soulagement des traitements tels que les chimiothérapies ou radiothérapie. Par contre, ces recommandations ne sont pas officielles car aucune étude n’a prouvé la réelle efficacité de ces méthodes. Il existerait donc un réel engouement sur le domaine de la médecine douce et il est sans dire qu’elle est en plein essor en France.

Cependant, les facultés de médecine de France n’intègrent pas encore cette conception de la médecine. Même si certaines pratiquent la médecine douce sont utilisés dans les hôpitaux, il est d’usage de les appelés “médecine non conventionnelle”.

C’est pourquoi, il n’existe pas encore de diplôme d’Etat, mais des formations hors cadre. Toutefois, le nombre de formations hors cadre est en pleine explosion en France, c’est pourquoi dans la suite de cet article nous allons nous intéresser aux différents métiers de la médecine douce.

Les métiers les plus connus en médecine douce

Acupuncteur

Le métier d’acupuncteur consiste à manipuler de fines aiguilles et à les placer sur le corps du patient, en tenant compte des points précis qui rétablissent l’équilibre énergétique du corps en vue du soulagent de nombreux maux physiques et psychologiques.

Réflexologue

Il utilise le même principe que l’acupuncteur, mais utilise ses mains pour générer des pressions sur certaines parties du corps.

Naturopathe

La méthode de soins de cette spécialité est basée sur la nature, en utilisant des plantes et des soins naturels. L’objectif de cette discipline est d’inculquer au patient, l’adoption d’un mode de vie sain afin de prévenir et de guérir certaines maladies et de promouvoir un état de bien-être au quotidien. Cette discipline à le vent en pourpre, vous trouverez facilement des écoles et d’organismes proposant un large choix de formations pour devenir naturopathe (en 1 ou 2 ans seulement).

Homéopathe

L’homéopathe est un spécialiste de la médecine traditionnelle qui prescrit des traitements homéopathiques basés sur le processus naturel de guérison. Le traitement homéopathique repose sur le fait que les substances capables de provoquer des symptômes chez un individu sain sont également capables de guérir un patient malade présentant des symptômes similaires.

Herboriste

Tout d’abord, le métier d’herboriste consiste à extraire les propriétés curatives des plantes. Généralement, l’herboriste travaille dans une pharmacie et est chargé de proposer des plantes aux propriétés médicinales. Il recommande également des préparations à base de différentes plantes destinées à soigner certaines douleurs ou maladies.

Hypnothérapeute

Cette méthode est  utilisée à des fins thérapeutiques par les spécialistes de l’hypnothérapie. L’hypnothérapeute agit sur l’inconscient du patient là où les troubles psychologiques sont les plus ancrés, comme la douleur, l’anxiété, les maladies psychologiques, les difficultés liées à la vie quotidienne, l’insomnie ou le sevrage tabagique.

Comment se reconvertir dans les meilleurs conditions dans ce secteur ? Conseils et astuces

Si vous souhaitez rejoindre ou vous reconvertir dans ce secteur très prometteur, il convient de suivre quelques étapes essentielles.

Contacter des professionnels

La médecine douce ne manque pas de spécialisation. Les formations dans ce domaine sont très diverses et variées. C’est pourquoi, il est d’usage d’avoir au préalable une idée du domaine qui vous intéresse le plus en vue de mieux vous orienter. Afin de vous aider dans ce choix très important pour vous, il est très recommandé de contacter des professionnels.

En outre,une fois en contact avec des professionnels, vous aurez une idée très précise de ce qui vous attend, des contraintes et avantages de votre futur métier. N’hésitez pas à leur poser de nombreuses questions afin d’approfondir votre connaissance et de mieux vous préparer pour la nouvelle carrière.

Réaliser une période d’immersion professionnelle

Une fois les renseignements obtenus auprès des professionnels, la seconde étape consiste à se confronter aux réalités du métier. Pour cela, rien de mieux que de tester ce métier à travers une période d’immersion. Après cette période, vous aurez un avis tranché sur la question. Vous pourrez ainsi suivre votre formation sereinement.

Suivre vos premières formations complémentaires et spécifiques auprès d’écoles et d’organismes sérieux

Certains métiers de la médecine douce sont accessibles sans diplôme, toutefois, il est recommandé de suivre une formation spécifique afin de commencer à acquérir tout le savoir nécessaire à votre future profession. De plus, c’est un atout non négligeable lorsque vous serez à la recherche d’emploi ou même si vous décidez d’être à votre compte.

Ensuite, ne négligez pas le sérieux et la réputation de l’école de formation. Pour ce faire, n’hésitez pas à regarder les avis sur les organismes, ou encore de rentrer en contacte avec d’anciens élèves de l’école afin vérifier la qualité des cours, contenus et suivis proposées.

Effectuer des stages de pratique

Lorsque votre formation prend fin, l’étape suivante consiste à allier pratique à la théorie. En effet, la reconversion est souvent difficile, c’est pourquoi grâce aux stages pratiques, vous aurez l’occasion de mettre en œuvre tout le savoir acquis pendant votre formation. Cela est indispensable au bon déroulement de votre projet.

Réfléchissez à votre statut

La dernière étape de votre projet professionnel est le choix de votre statut. Souhaitez-vous être autonome ou travailler pour quelqu’un ? Il convient de prendre assez de temps pour réfléchir à la question en pesant le pour et le contre afin de choisir ce qui vous convient le mieux.

ECRIT PAR
IEMN
Article invité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager la publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Thématiques associées
A découvrir également
Transitions pro (ex Fongecif) et reconversion : comment ça marche en 2021 ? Le guide ABACUS

FONGECIF et reconversion : comment ça marche en 2021 ?

Vous souhaitez « faire un Fongecif » ou « faire appel au Fongecif » pour votre reconversion professionnelle ? En 2021, on ne parle plus de Fongecif mais de Transitions Pro, ni de CIF mais de CPF de transition. Découvrez notre guide pour tout comprendre !

LIRE
Notre réseau
ABACUS recrute !
Vous recherchez un dispositif de formation ou de financement

Les guides conseils ABACUS pour réussir votre reconversion ou évolution professionnelle

Un bilan de compétences en ligne et en 2 mois pour construire votre projet de reconversion professionnelle ?

//A la Une du blog

Se former à l’ostéopathie avec IDO Paris
Pour toutes questions
ou demandes
de renseignement