Pourquoi faire un bilan de compétences avec ABACUS ? Découvrez notre première interview de bénéficiaire !

Bilan de compétences ABACUS : 3ème interview d’une bénéficiaire

Sommaire de l'article

Nous poursuivons nos retours d’expérience de la part de nos bénéficiaires de bilan de compétences ABACUS avec Mélanie.

« J’ai 33 ans, cela fait maintenant 11 ans que j’ai une activité salariée au sein de la Société Générale. On peut dire que c’est ma première véritable expérience professionnelle, même si j’en ai connu quelques-unes auparavant. Je viens d’arriver à un tournant de ma carrière, avec notamment la prise d’un nouveau poste en interne. Cette évolution a suscité chez moi des interrogations que je devais lever. »

Voici les premiers mots de Mélanie, qui, à la différence de Pierre ou d’Antoine, n’a pas suivi un bilan de compétences ABACUS avec un objectif de reconversion. Découvrez son témoignage ci-dessous !

Comment en êtes-vous arrivée à vouloir faire le point sur votre carrière ?

En 11 ans passés au sein de la Société Générale, j’ai eu différents postes. D’abord orientée sur de l’assistance de direction, j’ai évolué petit-à-petit vers la gestion de projet. Bien sûr et au-delà de mon expérience, j’ai réalisé en interne des formations qui ont accompagné cette transformation. Mais pour autant, j’avais un besoin clair qui était de savoir si j’étais vraiment faite pour gérer des projets et manager une équipe.

Mes questions étaient les suivantes. Avais-je les motivations nécessaires pour occuper un poste de PMO ? Les « épaules assez larges » pour gérer les responsabilités qui en découlent ? Ce type de poste correspondait-il à mes valeurs et à mes appétences ?

Je ne pouvais pas y répondre seule et j’avais besoin d’être accompagnée. C’est comme ça que j’en suis venu à réaliser un bilan de compétences.

Aviez-vous déjà entendu parler du bilan de compétences ?

Oui, j’avais déjà entendu parler du bilan de compétences lors d’un coaching interne. À ce moment-là, je n’en ressentais pas le besoin. Mais lorsque c’est venu, j’ai sondé mon entourage. J’ai eu 3 retours : 2 de la part de mes collègues et un autre de la part d’une amie.

Mes deux collègues ont été unanimes sur le sujet : le bilan de compétences ne leur a pas apporté de résultats concrets. Autrement dit, c’était comme si elles n’en avaient pas suivi. Par contre, en ce qui concerne mon amie, c’était tout à fait autre chose. Elle a réalisé un bilan de compétences qui l’a ensuite amenée à réaliser une VAE. Pour elle, ce bilan a été un très bon élément déclencheur pour booster ses compétences. Elle s’est largement épanouie dans la démarche du bilan de compétences, et est ravie qu’il ait débouché sur une VAE. Cela lui a permis de certifier ses compétences et d’évoluer dans sa carrière.

Les avis étaient donc partagés.

Quelle image en aviez-vous ? Aviez-vous des doutes sur son intérêt ?

Puisque les témoignages que j’avais reçus étaient mitigés, c’était plus ou moins quitte ou double. Je me disais que le bilan de compétences pouvait aider un projet professionnel tout comme il ne le pouvait pas. Je suis de nature à me faire mon propre avis sur les choses. Donc au final, non, je ne peux pas dire que j’avais des doutes. Puisque j’avais besoin de me faire un point sur mon profil professionnel, j’ai finalement décidé de me lancer.

Pourquoi avoir finalement décidé de vous lancer ?

C’est un concours de circonstances. Je dois à la rentrée prochaine intégrer définitivement mon poste dans la gestion de projet, et j’étais en pleine période de doute sur moi-même.

Dans le même temps, j’ai reçu un mail de ma RH dans lequel elle m’informait que je devais renseigner mon DIF avant la fin de l’année 2020.

Je me suis alors rendu sur MonCompteFormation, et j’ai créé mon espace personnel. Comme je disposais d’un montant CPF suffisant pour réaliser un bilan de compétences, je me suis dit que c’était le moment de me lancer.

Ensuite, cela s’est vite enchaîné. J’ai réalisé ma pré-inscription au bilan de compétences ABACUS. D’abord, j’ai été contactée dans les 48h par un conseiller, qui a pris le temps de bien échanger avec moi. Il voulait s’assurer que j’étais réellement dans une démarche de bilan de compétences. Cet échange était vraiment appréciable et je savais que j’avais affaire à un organisme humain. En suivant, j’ai eu un autre échange avec ma future consultant, qui a duré 1h. Elle m’a définitivement convaincu quand j’ai vu qu’elle savait déjà cibler mon besoin avant même que nous commencions le bilan.

Comment s’est déroulé votre bilan de compétences ABACUS ?

Il s’est très bien déroulé. Ce bilan de compétences est arrivé à pic pour répondre à mon besoin professionnel. Et au final, il a eu des bienfaits à l’échelle personnelle aussi, alors que je ne m’y attendais pas.

Je pense que le bilan de compétences rééquilibre les choses. Même si cela fait à peine quelques jours que je l’ai terminé, je me sens déjà plus sereine. Au fur et à mesure des entretiens avec ma consultante, je sentais que j’obtenais les réponses à mon besoin initial. Je sais dorénavant que je suis bien faite pour mon poste, ce qui était l’objectif principal.

C’était plaisant de savoir que j’avais 2h qui m’étaient entièrement dédiées par semaine, je les attendais avec impatience. J’ai vu l’évolution au fil de mon bilan de compétences. Il a été crescendo dans les révélations que j’ai pu obtenir, jusqu’à ce qu’il se termine en ayant obtenu ce que je recherchais.

Êtes-vous satisfaite des entretiens réalisés avec votre consultante ?

Très satisfaite. Ma consultante a été à la fois professionnelle, humaine et bienveillante. En tout début de cycle, elle m’a prévenu que le bilan de compétences pouvait susciter des réactions profondes, qu’il pouvait « bousculer ». Cela a effectivement été le cas, mais dans le bon sens du terme !

Tous nos entretiens étaient structurés. J’ai tout de suite senti un climat de confiance, ce qui fait que j’ai pu être la plus transparente possible, la plus « vraie ». Durant le parcours, nous avons évoqué plusieurs sujets : comment lire correctement et décortiquer une offre d’emploi, comment faire un mail de motivation interne, comment travailler son CV… Lors de chaque entretien, nous avions un sujet à aborder, et le plus souvent, ma consultante me demandait de faire des recherches en amont. Cela nous a permis d’aborder énormément de sujets professionnels, et de me confronter à ce que j’en pensais.

Nous avons aussi évoqué des sujets plus précis sur mon besoin. Les différents styles de management, les qualités propres au manager, les différentes communications. Nous avons travaillé sur le verbal et le para-verbal, le ton, la posture… Autant de choses qui m’ont aidé dans ma prise de conscience, et qui m’ont donné de la confiance pour mon poste.

Enfin, nos entretiens étaient toujours accompagnés de « tests » en tous genres. C’était agréable de se prêter au jeu, de répondre à des questions, de vérifier les réponses. Cela rendait nos échanges plus dynamiques encore, et j’ai apprécié être challengée.

Affirmez-vous aujourd’hui que le bilan de compétences vous a été utile ?

Il a été plus qu’utile. Je venais avec un besoin initial qui était celui de savoir si mon profil correspondait à mon nouveau poste. Le bilan de compétences est allé au-delà de cette démarche professionnelle. Il m’a beaucoup enseigné. Notamment sur la prise de recul, la gestion des émotions. Il a déteint sur ma vie privée, sur mon comportement vis-à-vis de mon entourage et des événements du quotidien.

J’ai compris que je ne devais pas toujours tenter d’agir sur des choses qui ne me concernaient pas, des choses éloignées de mon champ d’actions. Le bilan de compétences m’a montré qu’il fallait que je reste concentrée, sans être perturbée par des irritants.

Le document de synthèse qui m’a été remis à la fin de mon bilan de compétences est criant de vérités. Je l’ai fait lire à mon manager et à mon père, entre autres. Tous deux y ont vu des choses reconnaissables chez moi, à l’échelle professionnelle pour l’un et personnelle pour l’autre. Mais à la fois, ils ont découvert des choses qu’ils ne soupçonnaient pas, et c’est normal, puisque je ne les soupçonnais pas non plus. En tout cas, ils ont senti que ce bilan de compétences m’avait fait du bien. Mon équipe de chefs de projet le sent aussi. Je suis plus à l’aise, j’ose plus. Le bilan de compétences m’a fait gagner en confiance, et encore, ce n’est que le début puisque c’est tout récent.

Comment le recommanderiez-vous à une personne ?

Avant tout, je comprends mieux pourquoi mes collègues m’ont dit qu’elles n’avaient pas su tirer des bénéfices de leur bilan de compétences. En réalité, il est important d’entamer un bilan de compétences avec une vraie question, un vrai besoin. Peu importe si cette problématique est bien définie, mais au moins, il faut y avoir réfléchi.

Si c’est le cas, alors je le recommande vivement. Aussi, je dirais à cette personne qu’il faut jouer le jeu, accepter d’être dans un processus de remise en question. Il faut prendre le temps de revenir sur les différents échanges, prendre des notes. Être le plus transparent possible pour rendre le bilan de compétences efficace.

Enfin, je conseillerais à cette personne de ne pas attendre du consultant qu’il fasse le travail d’introspection à sa place. Il faut être actif lors des entretiens. Nous n’avons jamais le temps de nous consacrer 1h ou 2h par semaine rien que pour nous, et notre avenir. Le bilan de compétences offre justement ce temps, il faut saisir cette opportunité.

Pourquoi avoir choisi ABACUS comme partenaire ?

Après avoir reçu le mail de ma RH, je me suis rendu sur MonCompteFormation pour activer mon espace personnel. En recherchant « bilan de compétences », je vous ai tout de suite trouvé. Après avoir consulté votre présentation, je me suis rendu sur Google pour taper le nom de votre organisme.

J’ai vérifié les avis, consulté votre site web. J’ai vu que vous aviez bonne réputation, les informations que j’ai pu trouver manifestaient votre professionnalisme. Encore une fois, l’échange avec le conseiller m’a convaincu de la dimension humaine de votre organisme. Et enfin, le premier échange avec ma consultante a été déterminant. C’est agréable de ne pas être pressée pour l’inscription, de prendre le temps de discuter avant de faire son choix. C’est pour ces raisons que j’ai choisi le bilan de compétences avec ABACUS.

Article de Kévin Maudet
ECRIT PAR
Kévin Maudet
Expert ABACUS

Laisser un commentaire

Partager la publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
A découvrir également
Comment réussir son bilan de compétences ? Découvrez notre guide de réussite ABACUS !

Le guide pour réussir son bilan de compétences

Vous envisagez de faire un bilan dé compétences ? Découvrez notre guide pour le réussir : quand le faire, comment s’y préparer, comme se déroule-t-il ?
Toutes les réponses à vos questions avec ABACUS !

LIRE
Employeur, vous pouvez abonder le CPF de vos salariés sur le portail en ligne EDEF (MonCompteFormation)

L’abondement du CPF par l’employeur sur le portail EDEF

Depuis début septembre 2020, l’employeur peut réaliser l’abondement du CPF de ses salariés via le portail EDEF (Espace des Employeurs et des Financeurs). Découvrez comment fonctionne cet espace et quelles sont les dotations possibles au titre du CPF.

LIRE
Notre réseau
ABACUS recrute !
Vous recherchez un dispositif de formation ou de financement
Et si c'était le moment pour valoriser ses compétences...

//A la Une du blog

Quelles sont les étapes d'un bilan de compétences ?
Le bilan de compétences, comment ça marche ?
Pour toutes questions
ou demandes
de renseignement